28 février 2018

La PEA vaut-elle le coût ?

Le Plan d’épargne en Actions est un placement mis en place pour permettre à tout contribuable d’investir dans les secteurs privés. Le PEA se décline en trois catégories : le PEA bancaire, le PEA assurance et le PEA-PME. Selon le type d’investissement souhaité, il est possible de s’inscrire à l’une de ces PEA. Les conditions d’ouverture d’un PEA sont possibles à tous contribuables. Il faut être domicilié en France et bien sûr être majeur. La date d’ouverture du compte sera effective au premier versement.

Fonctionnement du PEA

La particularité de la possession du PEA réside du fait que vous pouvez investir tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. En effet, les taxes sur ce placement se diffèrent de son année de retrait. Des taux historiques sont applicables pour les PEA ayant plus de 5 ans d’existence à la clôture. En d’autres termes, à chaque gain gagné sera appliqué un prélèvement social. Le taux de ce prélèvement sera égal aux taux en vigueur lorsque le gain a été perçu par dans le PEA. Par exemple, une clôture à 2 ans soumis le PEA à des taux d’imposition de 22,5%  et à 5 ans 19% de et des prélèvements sociaux. Plus le moment clôture du compte est retardé, plus les taxes connaissent un abattement, car ce taux diminue. En effet, pour un PEA prélevé entre 5 à 8ans, seuls les prélèvements sociaux seront imposables. Cette option permet donc de générer des biens avec des taxes réduites.

Impacts des réformes sur le PEA

Le PEA connaît des changements depuis 2018. Les nouvelles lois fiscales apportent des modifications de ses modalités d’utilisation. Une augmentation des prélèvements sociaux a été votée. Le taux a varié de 15,5 à 17,2%. Les taux historiques ne sont plus applicables pour les gains générés à partir du 1er janvier 2018. Toutefois, pour les gains avant cette date, le taux est en vigueur. Le PEA reste une source de placement durable.